“Éduquer, ce n’est pas remplir des vases, c'est allumer des feux” écrivait Montaigne.

A-t-on besoin de les allumer ? Chaque enfant a cette soif de découverte et d'apprentissage dès le départ. C'est ce qui lui permet d'apprendre à marcher, à parler dans la plus grande joie.

Une classe du 3ème type, c’est un système qui cherche à entretenir les feux, à les rallumer si besoin et à créer un feu partagé.

Pourquoi utilisons-nous le terme système éducatif vivant ?

La finalité de tout système éducatif doit être de contribuer à la construction de l'enfant en adulte autonome qui dispose des outils pour être et agir dans une société où il ne sera pas passif.

L’autonomie, le fait d’être acteur, d’être véritablement acteur, d'être à l’initiative de ce qu’on entreprend est une attitude bien plus importante que ce qu’on pouvait imaginer et bien plus importante que ce qu’on pense encore aujourd’hui. L’auto-détermination est ce qui rend possible les motivations intrinsèques. C'est parce que l'enfant a pris l'habitude de décider pour lui-même et de prendre des décisions avec d'autres (auto-détermination) qu'il peut entrevoir la réalisation de ses idées/projets (motivation intrinsèque). Le professionnel ne doit plus se cantonner à l'acte d'enseigner, il doit également penser "système" comme un ingénieur.

On s’auto-détermine plus facilement lorsqu'on ne subit pas, lorsqu'on n'est pas passif. Nous voulons créer un système sans domination, qui tend vers un partage des pouvoirs avec les enfants. Le système doit donc avoir la capacité à s’auto-organiser, notamment par le biais de réunions quotidiennes.

Le système doit pouvoir évoluer en fonction des intérêts de chacun, avoir donc la capacité d'être perturbé, d'évoluer.Par exemple, l'enfant arrive en classe en voulant continuer, dès son arrivée, son exposé commencé à la maison ou un message d'une autre classe déclenchant des envies soudaines.

Mais attention à l’équilibre ! Il est nécessaire que le système soit en équilibre permanent car les enfants et le groupe ont besoin d’être toujours dans un état sécure pour pouvoir s’épanouir et se développer (Un état "sécure" se rapporte à la sécurité psychologique, voire psychique d’une personne. Autrement dit un état où ne se développe pas l’inquiétude, la peur de l’autre ou de soi, l’angoisse…). Le système doit pouvoir gérer toute perturbation et rester en équilibre en passant d'un état instable à un état stable. Nous voulons donc un système homéostasique (équilibre qui perdure). Concrètement, cela signifie que la classe sait s’adapter à des imprévus comme un conflit ou un nouveau projet émergent, et rapidement retrouvé son état d’équilibre par la coopération entre les enfants, leur bon sens ou une réunion.

Le système ne doit évidemment pas être replié sur lui-même, mais être, au contraire, ouvert sur l’extérieur. C'est à dire, le système doit pouvoir recevoir de l‘information de l’extérieur (personnes, objets, messages) et rayonner sur l’extérieur par de la diffusion d’informations.
Récapitulatif des caractéristiques du système idéal recherché:
  1. capacité à s’auto-organiser
  2. capacité à évoluer, à être perturbé
  3. homéostasique
  4. ouvert

Ces caractéristiques sont celles des systèmes vivants !
Nous avons donc besoin de créer un système qui s’apparente à un système vivant à l’image du corps humain pour que chaque cellule puisse se développer au mieux.

Un système éducatif vivant est un système qui permet et qui cherche à satisfaire aussi bien les intérêts individuels que collectifs. Il est ouvert à l’imprévu et aux perturbations qui le font évoluer en se réorganisant pour être toujours dans un état stable. Même si l’adulte a l’objectif d’être de plus en plus en retrait, son rôle est fondamental pour le bon fonctionnement du système.