Principes pédagogiques

  1. Tous capables

  2. Orientation pédagogique

    1. Un fonctionnement réinterrogé en permanence, si possible avec les enfants et les parents.

    2. Une recherche constante pour que tous les enfants :
      • fassent de plus en plus des activités dans lesquelles ils ont envie de s'investir,
      • deviennent de plus en plus autonomes et libres.
  3. Des règles de base ou plutôt du bon sens

  4. Conférence d'Halina Prszmycki en mars 1997 à Limoges
    1. Pas de punition : les punitions sont toujours une erreur. Elles sont humiliantes pour tous et n'aboutissent jamais au but recherché.
    2. Pas de compétition : Les notes et les classements sont toujours une erreur.
    3. L'enfant dans sa globalité, et non l'enfant "élève" : Le comportement scolaire d'un enfant est fonction de son état physiologique, organique et constitutionnel. L'intelligence n'est pas une faculté spécifique fonctionnant comme en circuit fermé, indépendamment des autres éléments vitaux de l'individu. L'enfant n'aime pas écouter une leçon ex cathedra. Personne, ni enfant ni adulte, n'aime le contrôle et la sanction qui sont toujours considérés comme une atteinte à sa dignité, surtout lorsqu'ils s'exercent en public.
    4. Le choix dans le travail : Chacun aime choisir son travail, même si ce choix n'est pas avantageux. Nul n'aime se voir contraint à faire un certain travail, même si ce travail ne lui déplaît pas particulièrement. C'est la contrainte qui est paralysante. Permettre à l'enfant de faire un choix, c'est aussi lui donner une moyen pour se responsabiliser.
    5. Toute leçon doit être une réponse : Les acquisitions ne se font pas par l'étude des règles et des lois, mais par l'expérience. Etudier d'abord ces règles et ces lois, en français, en art, en mathématiques, en sciences, c'est placer la charrue devant les boeufs. Il est donc nécessaire de mettre en situation problème avant toute leçon par la confrontation par exemple à un exercice. Le besoin crée l'outil qui permettra de satisfaire le besoin.
    6. Donner du temps à l'enfant : "En général, le temps, c'est nous qui le gérons complètement, les enfants ont rarement droit à la parole par rapport à cela. Sauf quand de façon libérale et sympathique nous reconnaissons qu'ils ont beaucoup de travail et que nous sommes d'accord pour repousser un contrôle d'une semaine, et c'est tout. En général, ça ne va pas très loin ; et cela, je trouve que c'est un manque important dans la scolarité car en fait on s'égosille auprès de nos élèves en leur disant que gérer son temps, ça fait partie d'apprendre et jamais on ne leur laisse gérer le temps de travail"

Tous capables

  • Tout individu veut réussir. L'échec est inhibiteur, destructeur de l'allant et de l'enthousiasme.
  • Ce n'est pas le jeu qui est naturel à l'enfant, mais le travail.
  • L'enfant ne se fatigue pas à faire un travail qui est dans la ligne de sa vie, qui lui est pour ainsi dire fonctionnel  
  • L'intéressant suscite l'effort.
  • "Eduquer, ce n'est pas emplir un vase, c'est allumer un feu. "Montaigne 
  • "Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas que les choses sont difficiles." Sénèque 
  • "Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir ce que nous n'avons pas encore découvert. "Gaston Berger
  • " Ce n'est pas parce que le maître est plus grand que l'élève qu'il est au-dessus de lui. "Célestin Freinet
  • "On parle souvent de la violence du fleuve mais jamais de celle des berges qui l'enserrent. "Berthold Brecht  

Responsabilité

  • Une loi psychologique veut que plus un homme est infantilisé ou bien frustré sur le plan affectif, social, politique, plus il sera agressif.
  • Nul n'aime être commandé d'autorité.
  • Gérer ses apprentissages, se gérer soi même en toute situation, c'est grandir en développant sa pensée.

 Des pratiques qui tentent de responsabiliser :

  • la planification de son travail
  • L'évaluation formative
  • la lecture (voir la bibliothèque)
  • la poésie mensuelle à gérer seul(e)
  • les différentes commissions et leurs responsables (responsables "journal", responsables "compte rendu", responsables "bibliothèque des enfants", responsables "ordre du jour du Grand Conseil"
  • les métiers et notamment celui de Quasimodo (le sonneur de cloche) et de "phrasiste"

Coopération

Co-opérer = opérer conjointement avec quelqu'un. Collaborer, concourir ...
(O.C.C.E.)

On remarque que lorsque nous tentons d'obtenir le concours d'autrui, nous utilisons, de façon plus ou moins consciente deux conduites :

  • la conduite autoritaire : Elle consiste à essayer d'imposer sa volonté à l'autre. Quel que soit le moyen utilisé (la force, la ruse, la séduction, la manipulation, la corruption), l'un est en situation de dominant, l'autre de dominé. Ce dernier ne peut que se soumettre, combattre ou fuir.
  • la conduite coopérative : Elle consiste à reconnaître les désirs et les besoins de l'autre, à exprimer les siens, à négocier avec lui pour arriver :
    • à un accord,
    • à agir de concert,
    • à évaluer ensemble.