Avoir une attitude responsabilisante

Dans une école du 3ème type ou en chemin vers une école du 3ème type, tous les membres de la communauté éducative sont responsables. Chacun reçoit et prend les responsabilités qu'il est en mesure de gérer.

Les professionnels sont donc amenés à avoir constamment une attitude responsabilisante, c'est-à-dire à ne pas prendre en charge ce que chaque membre peut prendre en charge.

Deux exemples :


Même si une voix est une voix, qu'il s'agisse d'un enfant, d'un parent ou d'un professionnel, il est évident que l'avis des professionnels, formés aux systèmes éducatifs vivants et bénéficiant d'une expérience professionnelle, a inévitablement une influence sur les décisions. Ces décisions concernent les chemins, les détours et d'éventuelles marches en arrière momentanées que la communauté éducative doit prendre pour que tous les enfants soient constamment en état secure, tout en étant de plus en plus autonomes et responsables de leur épanouissement et de leur développement.

Les adultes et les professionnels se doivent donc d'être à la fois bienveillants et responsabilisants.

J'insiste sur le côté responsabilisant même si pour moi, il est pleinement inclus dans la bienveillance car j'ai constaté des dérives de ce qui est appelé parfois la bienveillance : infantilisation révélant un manque de confiance en l'être humain, déresponsabilisation, laisser aller jusqu'à l'aveuglement... et du coup la bienveillance voulue peut se révéler être de la malveillance voire de la maltraitance.

En conclusion, j'incite les facilitateurs à être aussi des responsabilisateurs ...

Philippe, le 19 novembre 2016