Vous avez dit "Remédiation" ?

Echanges sur la liste Freinet

Le problème avec la soi disante remédiation c'est qu'elle casse le collectif. Je pense que l'individualisation s'oppose √† la personnalisation. (Laurent Ott)

Oui, et la remédiation ne s'intéresse pas à l'enfant mais à ce qu'il aurait dû montrer suite à une série de séquences ou séances pédagogiques. Par contre, elle va l'enfermer davantage et lui renvoyer l'image d'un élève en difficulté qui s'imposera à la longue. La remédiation est un placebo qui rassure l'enseignant mais qui exclut l'enfant en tant que personne. (Catherine Chabrun)

Extraits du livre "L'école au piquet" de Laurent Ott

p85, Chapitre "Maître, j'aime pas les dévaluations"

Le résultats des évaluations comme celui de bâtir à partir d'elles des parcours d'apprentissage différenciés aboutissent à rendre le collectif stérile : l'hétérogénéité normale et naturelle des enfants à l'intérieur de la classe ne peut plus être vu comme une richesse mais au contraire comme une source d'inégalité et un handicap sérieux pour l'enseignant. A assigner chacun sa place, on se prive du même coup bien entendu de la plupart des apprentissages mutuels possibles entre pairs.

p180, Chapitre "Individualisation contre personnification en éducation"

Personnaliser ou individualiser ?

Individualiser, c'est organiser de l'extérieur un savoir sur l'intime sujet, auquel ce dernier sera au mieux associé. Personnaliser, c'est au contraire permettre au sujet de produire sa parole et de la mettre à la place du discours qu'on a sur lui, c'est lui rendre les rênes de sa propre éducation.

Individualiser l'éducation, c'est pour le maître l'occasion de faire preuve de sa science et de haute technicité : il va produire, adapter ou copier des foules d'exercices, de tests, d'évaluations, de situations d'apprentissage et les ajuster précisément à l'enfant. Pas de doute, il devient alors une espèce de technicien, le détenteur d'un savoir à la fois didactique, pédagogique et également détient des savoirs experts sur l'enfant lui-même.

Personnaliser l'éducation, c'est s'ouvrir à l'enfant, lui donner des espaces d'expression et d'écoute dans le groupe, dans des sous-groupes et même tout seul. C'est l'appeler à imaginer, à créer son travail, mais aussi à le critiquer et à le faire évoluer tout en lui donnant toujours un sens collectivement reconnu. Bref, c'est aussi travailler, dans le long terme, le durable, vers l'autonomie, le sens critique, le projet de vie. C'est prendre l'enfant pour un tout global, à la fois affectif, cognitif, politique et social qu'il s'agira de faire évoluer harmonieusement dans toutes ses directions.